La terre aux mille voix - Voyage dans les polyphonies de la tradition orale en Italie

Stage avec Lorenzo Valera et Laila Sage (Terracanto)
 

"L'Italie est une terre aux mille voix, certaines sévères et douloureuses, d'autres extrêmement archaïques : aucune correspond à notre idée de la "bella arte" de la chanson. Et pourtant, un sentiment ancien, une culture locale de la beauté, sont arrivés jusqu'à nous dans chaque région".
(Alan Lomax)


Un stage d’initiation au chant populaire italien à travers des morceaux représentatifs du répertoire traditionnel avec les techniques d'interprétation qui lui sont propres et qui varient d'une région à l'autre.
Les différentes voix et les techniques vocales seront transmises au travers d'exercices, de jeux et de méthodes qui ne supposent aucune connaissance théorique de la musique. Toutefois, certains chants pourraient sembler peu accessibles aux personnes qui n'ont jamais fait l’expérience du chant choral.  

Le feu du chant – la méthode

La méthode est celle apprise par le Maestro Angelo Pugolotti et par la suite développée et expérimentée pendant des années dans le cadre de l'Association Voci di Mezzo. Les formateurs de l'association ne sont pas professeurs de musique et ils n'ont pas nécessairement de formation académique.
L'objectif du parcours est le plaisir du chant et la découverte de la polyvocalité. Pour l'atteindre, on commence par installer un climat détendu et sans jugement, où la faute est acceptée et accueillie sereinement comme un passage indispensable pour atteindre l'objectif, en tâchant de dépasser les insécurités et les blocages, souvent dus aux expériences didactiques traumatiques qui empêchent la voix de s'exprimer avec fluidité.
L'invitation est celle d'expérimenter une modalité participative attentive et responsable : le chant est un feu que chacun-e a la responsabilité d'alimenter. Puis on pourra parler de respiration, émission, intonation.
La relation avec le groupe, guidée par les formateurs qui tenteront de fournir  les outils qui permettront d'entrer en contact avec sa propre voix.
En écoutant avec attention, on apprend en chanter ensemble.
On se concentrera aussi sur l'intention. Les chants transmis sont un véhicule d'histoires et de vécus souvent ignorés par l'historiographie officielle. Une partie fondamentale de la transmission concerne la dimension historique, sociale et fonctionnelle dans lesquels les chants ont pris forme et ont été chantés. Le parcours prévoit toujours un moment d'écoute et de discussion autour d' enregistrements originaux et d'interprétations différentes des chants proposés.

Les formateurs

Laïla Sage
Voyageuse du monde et gitane musicale, elle se nourrit avec passion et insatiable curiosité des traditions musicales des pays où elle pose ses valises. En Italie, où elle vit pendant 8 ans, elle découvre la tradition polyvocale et participe pendant plusieurs années à la chorale de chant populaire Voci di Mezzo dirigée par le Maestro Angelo Pugolotti. Avec Lorenzo Valera, elle fonde le duo puis quartet Tez et le quartet vocal Cantarei qui mettent au cœur de leur répertoire la tradition orale italienne et européenne prêtant l'oreille aux langues minoritaires et aux chants sociaux et de lutte. Agitatrice culturelle, elle participe entre autre à la création de l'association PassAmontagne avec laquelle elle organise plusieurs stages de formation au chant polyphonique en France et en Italie. En 2015 et 2016, sa curiosité la porte au sud du monde, entre Chili, Argentine , Pérou et Bolivie où elle se nourrit de la tradition musicale sud-américaine et organise une tournée de stage et concerts de plusieurs mois en Europe avec un musicien argentin, Gustavo Berjeli, murguiste et tanguero. Elle prend part à Valparaiso au groupe d'art-thérapie Lotus de Verano avec des femmes victimes de violences domestiques.
De retour en Europe, elle reprend ses projets de formation au chant polyphonique en l’ouvrant à de nouveaux publics (adolescents, groupes mixtes parents-enfants, …) et s'investit dans de nouveaux spectacles autour du chant populaire, de son histoire, de ses modalités vocales. Elle continue à se passionner plus largement aux usages communautaires et thérapeutiques de la voix.
      
Lorenzo Valera
Guitariste et accordéoniste autodidacte, passionné depuis toujours par le chant populaire, a exercé de nombreuses activités (libraire, vendeur dans les marchés aux puces, journaliste radio, tavernier et agitateur culturel dans un local associatif) avant de se consacrer à la musique.
Il construit ses premières armes vocales avec le Maestro Angelo Pugolotti, élève de Giovanna Marini et entre dans sa chorale, Voci di Mezzo en 2001. Il participe à de nombreux concerts en Italie et à l'étranger et contribue à fonder l'association culturelle du même nom. Par la suite, il approfondit les techniques et les répertoires polyphoniques régionaux du monde grâce à différents stages et rencontres informels lors de ses voyages, entre autres avec Giovanna Marini, Camilla Barbarito, Beatrice Volpi, De' Soda Sisters (Italie) ; Audrey Peinado, Régis Latapie, Manu Theron (Occitanie) ; Gustavo Berjeli (Amerique du Sud) ; Nadia Ammour (Kabylie) ; Muriel Chiaramonti (Corse et occitanie) ; Jovica Jovic (Balcans).
Il a chanté dans de nombreuses formations de chant polyphonique : Duo Tez (avec Laila Sage), Cantarei (avec Silvia Rusignuolo et Livia Barmbilla), Passamontagne (avec Valentina Volonté), Ammacunnà (avec Angelo Pugolotti) et est membre et fondateur du collective artistique Pesci Piccoli ; à partir de 2011, il commence à transmettre, en tant que formateur, les chants et les techniques appris lors de cours hebdomadaires et des stages intensifs en Italie, en France et en Suisse axés sur différentes thématiques : introduction au chant populaire, chant des montagnes, chants anarchistes, chants révolutionnaires du monde, ballades populaires, chants des rituels paysans, chants des femmes, berceuses, chants de travail, de prison, d’émigration et de fête...  
En 2012 il fonde avec Angelo Pugolotti "BovisaIncanta", chorale du quartier Bovisa à Milan, qu'il anime en tant que chef de chœur jusqu'à fin 2015.
En 2013 il fonde l'Association "Passamontagne", consacrée à la valorisation des activités développées tout au long des transhumances culturelles entre l'Italie, la France et la Suisse.